Maison-Passive-Critères

Maison Passive: À partir de quel moment une maison est-elle considérée comme passive ?

Maison-Passive-Critères

Maison Passive: À partir de quel moment une maison est-elle considérée comme passive ?

Depuis quelques années, l’écologie et la protection de l’environnement sont au cœur des préoccupations et le domaine de la construction n’échappe pas à cette évolution. De nombreux progrès récents permettent de faciliter cette transition dans le secteur de l’immobilier et les recherches ont récemment permis le développement de différentes techniques visant à diminuer de manière significative les frais en énergie, ce qui a bien sûr un impact direct sur l’environnement. Ainsi, de nombreuses normes sont apparues et ont donné naissance à des habitations que l’on considère aujourd’hui comme “maison passives”. Pour obtenir cette qualification, les maisons passives doivent respecter certaines conditions en termes d’isolation thermique, d’étanchéité à l’air, de ventilation…

Ainsi, en hiver, une maison passive peut conserver une bonne température sans avoir recours à des appareils de chauffage. En effet, les pertes de chaleur sont minimisées. Il ne sera pas non plus nécessaire d’utiliser un système de climatisation ou autre en été. Ainsi, l’avantage d’une maison passive n’est pas seulement de faire des économies en terme d’énergie mais également de pouvoir bénéficier de plus de confort tout au long de l’année, en maintenant une température homogène en toutes saisons. L’emplacement des vitres est également planifié de manière à pouvoir fournir beaucoup de lumière et l’énergie solaire contribue également à réguler la température de l’habitation.

En ce qui concerne les coûts, les maisons passives sont initialement plus coûteuses que les maisons dites traditionnelles. Le prix peut parfois augmenter de 25 à 30 %. En effet, l’isolation, l’installation de triple vitrage ou encore les systèmes d’étanchéité de l’air représentent un investissement initial significatif. En raison de ces coûts importants, le retour sur investissement peut prendre plus de dix ans, mais ce délai peut parfois être diminué en sollicitant et en bénéficiant de certaines primes (en fonction de la région dans laquelle se trouve votre habitation). Une fois l’investissement amorti, les coûts d’exploitation sont minimes et les économies au quotidien sont alors significatives. La construction d’une maison passive est donc une solution sur le moyen et le long terme mais les frais importants au départ du projet représentent souvent un frein pour les personnes qui entreprennent la construction de leur habitation mais qui n’ont pas le budget nécessaire, même si une maison passive correspond à leurs convictions en terme d’écologie.

Une autre option moins coûteuse consiste à construire une maison à faible consommation qui permet également de limiter la consommation d’énergie mais sans respecter des critères stricts de la maison passive.

En revanche, si votre budget le permet, vous avez également la possibilité d’aller plus loin et d’investir dans une construction dite « active », qui elle diminue les besoins énergétiques tout en générant suffisamment d’énergie pour compenser les besoins énergétiques de la maison. Pour profiter d’une maison parfaitement autonome, vous devrez mettre en place de nombreuses installations comme par exemple des panneaux solaires ou des éoliennes. Votre maison sera alors en mesure de créer l’énergie dont elle a besoin.

 En Belgique, il est nécessaire de respecter plusieurs critères afin qu’un logement soit considéré comme un bâtiment passif. Les 4 principaux critères sont les suivants :

1) En terme de chauffage, les besoins en énergie ne doivent pas dépasser [15 kW.h/(m2.an)]. Pour cela, vous devrez correctement isoler l’habitation, c’est-à-dire qu’il faudra prendre en compte le type de matériau et définir les épaisseurs d’isolants pour les toits, les murs, les sols… Les fenêtres devront également être de très bonne qualité. L’idée principale est de ne plus avoir de ponts thermiques, c’est-à-dire des endroits dans la maison où la chaleur pourrait s’échapper. Vous pouvez consulter le Vade-mecum résidentiel qui offre plus de détails et qui a été révisé en 2014. Vous y trouverez plus d’informations sur les critères permettant d’obtenir cette certification ainsi que sur certaines primes à la construction.

2) L’étanchéité à l’air : le taux de renouvellement d’air doit être inférieur ou égal à 0,6 h-1. Le test de la porte permettra de définir si l’étanchéité à l’air respecte les critères d’une maison passive.

3) La surchauffe : le risque de surchauffe ne doit pas dépasser les 5 %.

4) La consommation en énergie primaire doit tenir compte des auxiliaires, de la production solaire, du chauffage, de l’eau chaude… La maison passive implique de ne pas dépasser une certaine consommation énergétique. Les appareils de la maison sont donc choisis en fonction de leur faible consommation.

Les maisons passives sont encore assez rares aujourd’hui car elles impliquent des coûts initiaux importants. Pourtant, elles offrent des avantages particulièrement intéressants, à la fois à l’échelle économique et écologique. Il s’agit donc d’une option à considérer si vous souhaitez augmenter le confort de votre habitation tout en respectant l’environnement et en réduisant le montant de vos factures.

Cet article vous a plu? Partagez-le sur les réseaux sociaux pour en faire profiter vos proches! Merci ;)!

Comments are closed.